Instagram et les marques : une stratégie qui prend de l’ampleur
mars 14, 2016
10 réponses que les clients ne supportent pas
mars 22, 2016
Montrer tout

Les 8 erreurs à éviter sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont pris une place considérable dans nos vies. On partage sur Facebook, on (se) montre sur Instagram, on informe sur Twitter, on recrute sur LinkedIn, (on s’ennuie sur Google +)… Bref, on vit au rythme des publications et autres notifications.
Plus de 30 millions de francais par exemple sont aujourd’hui inscrits sur au moins l’une des plateformes sociales. Cela fait donc 30 millions de clients potentiels, qui peuvent être intéressés par vos produits/services. Vous l’avez compris : en plus d’un site internet bien ficelé, une présence sur les principaux réseaux est incontournable pour développer votre marketing digital.
Si vous démarrez, vous risquez de commettre quelques bourdes, qui peuvent nuire durablement à votre réputation et votre image. Ce guide vous aidera à reconnaître les 8 erreurs les plus fréquentes sur les réseaux et à les éviter :

Le nombrilisme
L’égoïsme est un vilain défaut, dans la vraie vie comme sur le Web. Si vous voulez que les internautes parlent (positivement) de vous, vous ne pouvez pas vous contenter de promouvoir vos produits/services. Il faut également donner la parole à vos clients, partager les contenus de vos partenaires ou des ressources externes pertinentes pour votre communauté, ou encore organiser des jeux-concours avec cadeaux à la clef.
Vous y gagnerez doublement : d’une part, votre altruisme vous aidera à fidéliser vos utilisateurs – la générosité paye, c’est scientifiquement prouvé ; d’autre part, en interagissant avec d’autres entreprises/communautés, vous développerez votre réseau et vous créerez de nouvelles amitiés numériques. Un passage obligatoire car, sur les réseaux plus qu’ailleurs, « on peut vivre sans pain mais pas sans amis » (Herbert Pagani).

L’éparpillement
L’un des dilemmes des entreprises qui se lancent sur les réseaux sociaux est de décider quelle plateforme utiliser. Les indécis s’attaqueront à toutes en même temps, habités par la foi que l’une d’entre elles portera ses fruits. Grave erreur ! À moins d’en faire une activité à plein temps, il est difficile , voire impossible  d’animer plus de quatre ou cinq comptes en parallèle.
Il est donc préférable de concentrer vos efforts sur un réseau ou deux, afin d’économiser du temps pour produire du contenu de qualité et répondre aux sollicitations des utilisateurs. Mais entre Instagram, YouTube, Facebook et Pinterest, comment savoir quel site correspond le plus à vos besoins ?
L’irrégularité
Avec votre emploi du temps déjà très chargé, vous ne pouvez pas forcément publier chaque jour du contenu frais sur les réseaux. Veillez toutefois à ne pas concentrer vos posts et tweets sur une ou deux journées dans la semaine. Mieux vaut une présence régulière mais peu intense qu’un pic d’activité au milieu de la semaine, suivi d’un long temps mort.
Pour vous aider à harmoniser votre rythme, vous pouvez utiliser l’un des nombreux outils de planification des publications. De HootSuite à Buffer en passant par Postific, vous n’avez que l’embarras du choix. Ces solutions vous permettent de préparer à l’avance vos contenus. Ces derniers sont ensuite automatiquement envoyés sur les réseaux sociaux de votre choix, à l’heure de votre choix. Incontournable !

Les fautes d’orthographe
Que celui qui n’a jamais fait de faute d’orthographe nous jette la première piaire pierre ! Tout le monde est concerné. Il suffit d’un minute d’inattention, d’un assoupissement après un déjeuner trop chargé, d’un doigt qui glisse sur une touche du clavier ou d’une règle d’accord du passé composé mal assimilée.
Malheureusement, il n’existe pas de remède miracle. Il faut se relire et se relire encore avant de publier quoi que ce soit, même une réponse courte à un commentaire d’internaute. Mieux : si vous en avez la possibilité, faites-vous également relire. Un ami ou un collègue qui parcourt votre texte y verra forcément des coquilles qui vous ont échappé.
Enfin, n’hésitez pas à investir dans les bons vieux manuels. Le Robert pour les noms communs, le Bescherelle pour les verbes et le Bon Usage de Grevisse pour la grammaire : avec les bonnes armes, la Force (du français) sera forcément avec vous !

L’addiction aux #hashtags
Certains utilisateurs des réseaux sociaux souffrent d’une addiction aiguë aux #hashtags. À leur décharge, il faut reconnaître que ces termes cliquables sont très utiles pour se repérer dans le grand fatras des publications et, surtout, augmenter la portée de ses propres posts.
Cela dit, il est essentiel de rester cohérent dans la rédaction de vos messages sur les réseaux. Mieux vaut un texte accrocheur accompagné d’un ou deux #hashtags qu’une succession indigeste de mots hypertextes accolés les uns aux autres. #Avouez #Que #CaTape #SurLe #Système.

L’absentéisme
Les réseaux sociaux servent avant tout à communiquer. Mais, contrairement aux autres moyens de communication, Facebook, Twitter et leurs copains ne s’arrêtent jamais. Vous recevrez donc des messages de vos utilisateurs à toute heure du jour et de la nuit. Pas question de sacrifier votre vie privée (et votre sommeil) en répondant dans la minute à chaque notification reçue sur votre smartphone. Mais vous devez être aussi présent que possible aux heures de bureau, et en début de soirée.
En effet, une question laissée en suspens sur votre journal peut provoquer une réaction en chaîne de commentaires et, dans certains cas, une avalanche de reproches. En vous appliquant à désamorcer la situation dans un délai raisonnable, vous gagnez non seulement du temps en coupant court aux répercussions, mais vous montrez en plus votre empathier et votre réactivité. Autrement dit, ne vous absentez jamais trop longtemps de vos profils : vous risqueriez de passer pour l’asocial des réseaux (sociaux).

Le paternalisme
Répondre à tout le monde est une bonne chose. Réponde intelligemment à tout le monde est encore mieux. Les plateformes sociales se caractérisent par leur aspect informel. La pire chose à faire est de vous adresser à vos utilisateurs de façon paternaliste ou condescendante. En revanche, en parlant à hauteur d’homme, vous gagnerez le respect et la confiance de vos interlocuteurs.
Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès inverse. Évitez absolument une trop grande familiarité, voire pis, la vulgarité. Un mot inapproprié peut facilement vous échapper, notamment lorsque le ton monte avec un utilisateur agressif ou mécontent. Alors, tournez 7 fois vos doigts autour de votre clavier avant de répondre. C’est votre (e-)réputation qui est en jeu !

La négligence
Quand on est mal informé, on a tendance à répéter les mêmes erreurs indéfiniment. Fort heureusement, les principaux réseaux sociaux proposent des statistiques très complètes, qui permettent de savoir quelles sont les publications qui ont marché, et celles qui ont fait un flop. Vous les trouverez par exemple en cliquant sur l’onglet « Statistiques » sur Facebook ou en accédant au site Twitter Analytics pour le réseau à l’oiseau bleu.
Ces chiffres s’accompagnent de données précieuses sur votre communauté. Vous découvrirez ainsi qui sont vos utilisateurs les plus influents, à quelles heures vos followers se connectent et quels sont leurs centres d’intérêt. Cela vous permettra d’ajuster le tir en cas de besoin et de proposer du contenu réellement adapté à ceux qui vous suivent. Ne négligez surtout pas ces informations : elles sont indispensables pour optimiser vos performances sur les réseaux sociaux

Source

Comments are closed.