Les 5 mythes du marketing digital
décembre 9, 2015
Neuromarketing : comment graver sa marque dans la mémoire des clients ?
décembre 14, 2015
Montrer tout

Décryptage – Comment utiliser les nombres ?

D’aucuns soutiennent que les nombres constituent un langage universel. Dans le monde occidental, certains nombres sont des marqueurs culturels. Dans différentes religions, les chiffres ont une valeur mystique. Même dans la philosophie, la symbolique numérique a suscité durant des siècles un intérêt considérable. Alex Bellos, écrivain et mathématicien, a mené une enquête auprès de 30 000 personnes pour découvrir le nombre préféré des Terriens. Et il y a un grand gagnant ! Nous vous le révélons dans quelques lignes, promis.

Comprendre la valeur émotionnelle des nombres (et des chiffres) vous sera d’une précieuse utilité pour donner au design de votre site et à vos articles de blog un impact optimal. Ci-dessous, 7 réponses émotionnelles qui vous permettons d’estimer les nombres à leur juste valeur :
Pair ou impair – une question de sexe ?
La doctrine pythagoricienne associait le 1 à la divinité, le 2 à la femme et le 3 à l’homme. Evidemment, il est réjouissant de voir que la femme est plus proche du divin depuis l’Antiquité – désolés Messieurs.
Aujourd’hui, certaines études permettent peut-être d’éclairer un peu plus notre lanterne. Les psychologues Galen Bodenhausen et James Wilkie ont étudié les jugements d’individus dans le cadre de la détermination du genre. Ils ont demandé aux participants à leur expérience de classer des visages de nourrissons et des noms étrangers selon leur sexe – ce qui est, autant le dire, une mission impossible. Les photos et les noms étaient accompagnés d’un nombre. Intuitivement, les personnes ont identifié majoritairement les images/noms accolés à des chiffres impairs comme masculins et les autres comme féminins. Ainsi, il semble que nous ayons des prédispositions à associer les chiffres et nombres au genre. Intrigant n’est-ce pas ?

Sept : la star des chiffres

Comme vous le devinez, le 7 est statistiquement le chiffre le populaire selon l’étude évoquée dans l’intro. Il est possible d’interpréter ce résultat d’un point de vue religieux et culturel : les 7 jours de la création du monde dans la Bible, les 7 péchés capitaux, les 7 mers/cieux, les 7 merveilles du monde, les 7 planètes visibles à l’œil nu, les 7 jours de la semaine, James Bond (007), les amis de petite taille de Blanche Neige, ou encore le jeu des 7 familles – bon on exagère le trait, mais vous comprenez l’idée. Les références au chiffre 7 sont innombrables dans la culture occidentale et il faut croire qu’inconsciemment, nos préférences sont influencées par notre mémoire – sans blague.
Note : soulignons que le chiffre fascine les mathématiciens. Il est le seul des 10 premiers nombres qui ne peut être ni multiplié, ni divisé à l’intérieur du groupe.

Dix : sécurité optimale

Le 10 est particulier dans la mesure où sa valeur émotionnelle est relativement faible. En revanche, il peut s’avérer familier, rassurant, donner une sensation de sécurité et un aspect concret. Les 10 Commandements derrière tout ça ? Allez savoir. Une chose est sûre, le nombre 10 peut s’avérer d’une grande utilité si vous êtes orienté performance ou si vous désirez donner à votre marque un cachet de confiance. En outre, si vous gérez un blog, les articles du type « 10 conseils pour résoudre X ou Y » ou « 10 moyens de faire Z ou W » attirent naturellement les clics. Résultat garanti : 10/10.

11 : le mystérieux

Le 11 est un nombre de l’ombre. Trop proche du 10, trop loin du 5, il est le premier à ne plus être palpable à l’aide de nos doigts. Il dénote un certain secret et tend vers l’extraordinaire, l’inconnu. Il peut s’avérer utile dans le cadre d’un site de produits/services désireux de garder une part de mystère ou encore d’articles de blog qui s’intéressent aux secrets/coulisses d’une entreprise ou d’un phénomène. Mais ça reste entre nous.

Le 1 en plus : une différence dosée
Toujours selon Alex Bellos, les multiples de 10 auxquels on ajoute 1 permettent d’aiguiser les attentes et la curiosité des consommateurs, sans pour autant promettre le Nirvana. En d’autres termes, ils constituent d’excellents promoteurs de valeur ajoutée – mais n’en font pas trop. Pensez par exemple au 501 de Levi’s, à la marque de prêt-à-porter Forever 21 – vingt ans c’est bien mais ça fait jeune, par contre 21 c’est la classe – ou au Pastis 51, ou pas – et hop, sous la cravate. Le +1 rend la marque ou le produit unique. Sortir de l’ordinaire sans être extravagant : la classe.

Les nombres familiers : les divisibles qui fédèrent

Il s’agit de ces nombres qui nous rappellent nos tables de multiplication – mais pas n’importe lesquelles : les faciles, celles que l’on sort du tac au tac. Le 24 en constitue un bon exemple – 3×8, 6×4 comptent parmi nos premiers souvenirs de matheux en herbe. Ils nous sont familiers et évoquent des (bons ?) souvenirs et nous les chérissons pour cela. Si votre design ou vos articles gagnent à instaurer un sentiment de confiance, vous devriez essayer les nombres familiers. Pour la petite histoire, les chercheurs Dan King et Chris Janiszewski ont mené une expérience qui visait à dévoiler l’impact des nombres sur les marques. Les participants étaient prêts à payer 10 % de plus pour un shampoing nommé Zinc 24 que pour son jumeau Zinc 31. Cette histoire de shampoing peut vous sembler tirée par les cheveux, mais elle le vaut bien.

Les nombres inférieurs à 20 : les favoris

Les mêmes chercheurs ont découvert à travers une autre expérience que la majorité des gens tendent à favoriser les nombres inférieurs ou égaux à 20 (75 % des 20 nombres préférés), et particulièrement ceux entre 1 et 10. Sans faire de pub au plus célèbre parfum de Chanel, ni même aux Suisses du catalogue qui se comptent sur une main, vous pouvez nous croire que la liste de marques qui font usage de ces chiffres est particulièrement longue. N’hésitez pas à les tester pour votre logo, vos articles de blog ou encore pour les textes de votre site. Il serait ballot de ne pas utiliser votre numéro gagnant !

Source

Comments are closed.