Marques et enseignes : comment être vu sur Facebook ?
décembre 21, 2015
Comment créer un slogan percutant pour votre entreprise
janvier 6, 2016
Montrer tout

Où va le web design en 2016 ? Nos prévisions météo

Le Web est un écosystème en continuelle évolution. Si les géants comme Google et Facebook font la pluie et le beau temps, les changements technologiques – développement de l’internet mobile, nouvelles versions de Windows/iOS – contribuent également à influencer le paysage digital. Ainsi, pour offrir aux surfeurs un confort optimal, il est nécessaire de comprendre leurs besoins, d’appréhender leurs habitudes de navigation et d’anticiper leurs attentes.

On vous l’accorde : les prédictions pour l’année 2016 peuvent sembler un rien précipitées. Mais les collections automne-hiver voient le jour bien avant l’arrivée du mauvais temps pour une raison : on n’attend pas la tempête pour acheter un(e) parka. Nous vous présentons, en avant-première, les grandes modes qui séviront sur la Toile en 2016. Cette année, votre site sera prêt à affronter les intempéries du web.

Tendances ensoleillés : votre site a de beaux jours devant lui

L’ère des typographies : Les typographies créatives continueront cette année encore d’envahir nos écrans. Conjuguées avec d’autres éléments graphiques, elles confèrent à votre site un cachet particulier et un style irrésistible. En outre, une typographie bien léchée est une pierre angulaire de votre image de marque.
Note : Attention à ne pas en abuser. Votre site risque de finir à l’ombre si vous ne prenez pas les polices au sérieux.

Customer-Centric Web Design : soit un design centré sur l’utilisateur. Si cette notion semble assez évidente, permettez-nous d’en remettre une couche. Beaucoup de créateurs de sites laissent leur enthousiasme graphique débordant prendre le dessus sur l’utilisabilité de leur projet Web. Cette tendance vise à remettre les points sur les i. À chaque étape du processus de création du site, l’objectif doit être de comprendre ce que souhaite effectuer le visiteur, de le lui offrir sur un plateau de pixels, et de le prendre par la main vers l’étape suivante. L’utilisateur ne cherche plus : les solutions viennent à lui.

Contenu en plein écran : dans un esprit similaire, le contenu en plein écran déferlera encore cette année sur le Web. En affichant au milieu de votre page d’accueil le message de votre site, vous êtes assuré que vos visiteurs ne passent pas à côté. Qu’il s’agisse d’une grande image de fond, d’une texture moderne ou d’une vidéo grand format sur laquelle vous intégrez votre phrase d’accroche, cette technique minimaliste maximalise votre impact. Si une image vaut mille mots, une vidéo et une bonne phrase d’accroche en valent combien ?

Split screen : en divisant votre site en deux parties symétriques, vous avez deux fois plus de liberté pour révéler votre créativité et séduire vos visiteurs. Animez le tout, et votre site devient une véritable œuvre d’art. Croyez-nous sur parole, le split screen (ou, comme dirait Molière, écran divisé) est en train de conquérir un nombre croissant de graphistes et web designers. La condition sine qua non : maintenir une cohérence graphique entre les deux visuels – vous ne voulez pas provoquer un strabisme aigu chez vos futurs clients. Sauf si vous êtes ophtalmo. Et encore.

Tendances nuageuses : soyez prudent, risques de dépressions

Trop – long scrolling : l’hégémonie de Facebook et l’explosion de l’internet mobile ont rendu la navigation « verticale » à la mode. le long scrolling (ou les pages qui s’étirent sur la longueur) est pratique, moderne et esthétique. Cependant, la frénésie qui entoure les pages longues est accompagnée par une panoplie de maladresses. Entre les pages trop longues (un site n’est pas un fil d’actualité), les contenus qui s’enchaînent sans transition ni cohérence graphique, et les animations qui donnent l’impression d’observer une partie de Candy Crush (pour ne mentionner que les écueils les plus courants), le scrolling peut s’avérer être un terrain glissant.

Menu caché : l’avènement de l’internet mobile a engendré une mini-tendance tout à fait charmante : le menu caché. Discret et très élégant, le menu caché derrière une icône – la boîte avec trois lignes, vous voyez ? – , qui se déroule à survol du curseur (ou au clic) a connu un succès considérable ces derniers temps. Mais si cette technique peut s’avérer profitable sur les petits écrans tactiles, elle prête à confusion quand une souris est impliquée. Et pour cause, la règle d’or en web design est la suivante : éviter autant que possible les complications qui ne sont pas nécessaires. Sur mobile, il est obligatoire de proposer un menu déroulant mais sur ordinateur, ce même menu signifie un clic de plus pour votre utilisateur. Un clic, c’est du temps et le temps, c’est de l’argent. Surtout sur le Web.

Surcharge graphique : placer une image sur un bouton, lui-même placé sur une autre image, qui elle est intégrée sur un arrière-plan coloré, avec un menu vertical qui complète un menu horizontal – comment s’orienter à travers ce chaos ? La plupart des créateurs de sites ont des tas de choses à raconter et des images plein la tête. Mais gare à celui qui ne résiste pas à cette tentation ! Pensez à votre site comme à un texte que vous rédigez. Vous avez beau avoir les meilleures idées du monde, si vous les entassez les unes sur les autres sans structure, personne ne pourra apprécier votre génie. Épurez autant que possible votre mise en page et hiérarchisez votre design.

Page d’intro : nous sommes témoins d’un phénomène de société inquiétant : les sites prennent du poids. Au lieu de contourner ce problème en allégeant leur contenu, beaucoup de web designers (de bonne volonté, on n’en doute pas) ajoutent une page d’introduction à leur site. . Si l’intention est bonne, à savoir, éviter aux visiteurs de patienter benoîtement pendant le chargement, elle ne fait qu’ajouter une étape supplémentaire avant la visite du site. Si vous envisagez cette option, de grâce, mettez plutôt votre site au régime et supprimez les fioritures inutiles. Votre site ne s’en portera que mieux et les bienfaits sur sa performance s’en ressentiront rapidement.

Tendances orageuses : mettez-vous vite à l’abri

Les applications à outrance : vrai, intégrer des applications tierces est un excellent moyen de dynamiser votre site et d’offrir un service client plus efficace. Néanmoins, l’abus d’applications est dangereux pour votre design. Étant développées par différents acteurs, les applis sont généralement très hétérogènes, autant au niveau graphique, qu’en matière d’utilisation. En outre, comme pour tous les éléments dynamiques (galeries, animations, ancres et autres), la règle du millefeuille s’applique : la saveur se perd à mesure que l’on ajoute des couches. À la fin, ça peut même écœurer.

La folie de Google Deep Dream : Google n’en finit pas de surprendre. Après nous avoir offert chaque jour une nouvelle animation sur sa page d’accueil, il propose aujourd’hui le service Deep Dream (alias, la machine à rêves) qui transforme nos images en œuvres d’art style Picasso 2.0. Un trip psychédélique que le géant du Web peut se permettre de proposer mais qui sera – hélas – probablement repris par bien des designers. Votre instinct vous dit de suivre ? Surtout pas, inconscient ! Les images sont le cœur de votre site. Avec cette tendance, l’infarctus est vite arrivé et la machine à rêves de Google pourrait bien ruiner les vôtres.

Source:

Comments are closed.